Le saviez-vous ?

Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) concernerait de 700 à 3 000 enfants, sur les 750 000 naissances annuelles.

Pour plus d'information, cliquez ici

91% des produits d’entretien contiennent du formaldéhyde (formol).

Pour plus d'information, cliquez ici

L’exposition aux ondes des téléphones et des technologies sans fil altèrerait le développement cérébral des fœtus et des nouveau-nés.

Pour plus d'information, cliquez ici

Une étude danoise de 2010 montre que le risque d’accouchement prématuré est plus important de 27% chez une femme enceinte qui boit une boisson gazeuse avec édulcorant par jour.

Pour plus d'information, cliquez ici

Publicité


Annuaire de liens

Notre Annuaire de sites web en rapport avec la grossesse et l'enfance



Les Virus : connaître pour se prémunir

Cet article vous a-t-il été utile ?
Soyez premier à noter

Tout d'abord, pour limiter l'entrée de virus dans vote domicile : mettre des chaussons dédiés à l’intérieur de votre maison et lavez vous les mains dès l’arrivée chez vous. Essayez d’avoir des surfaces faciles à nettoyer (évitez au maximum les moquettes et les pièces encombrées). Ensuite, en période d'épidémie, évitez de faire des bises pour dire boujour.

En effet, pendant la grossesse mieux vaut éviter d’attraper un virus car celui-ci pourrait atteindre le fœtus. Ci-dessous une liste non exhaustive des plus connus dont il faut à tout prix se méfier.

Le Cytomégalovirus (CMV) : Le connaitre pour l’éviter

Peu connu de nombreuses femmes enceintes, ce virus n’en est pas moins dangereux pour le fœtus. Heureusement, plus de la moitié des femmes enceintes sont immunisées (l’ont déjà attrapé par le passé sans le savoir). Très courant chez les jeunes enfants, il est heureusement peu contagieux. Les femmes les plus exposées restent celles travaillant auprès de jeunes enfants. Si vous côtoyez un jeune enfant ou si votre futur bébé a déjà un frère ou une sœur en bas âge (moins de 3 ans); méfiez-vous. La transmission du virus se fait par les fluides corporels (postillons, sécrétions du nez, urines, sang, larmes…) . Le CMV peut également se transmettre lors de rapports sexuels. Il faut donc que votre conjoint se prémunisse aussi de l’attraper.

Le virus se manifeste par une fièvre et/ou une grosse fatigue. Dans ces cas de situation, il faut donc vite en parler à votre gynécologue. Le dépistage se fait avec une prise de sang. Durant les 3 premiers mois de la grossesse les effets sur le fœtus peuvent être ravageurs ; risque de retard mental, d’atteinte cérébrale, surdité… Les impacts varient d’un cas à l’autre. Le risque de contamination fœtale d’une femme exposée est de l’ordre de 30 à 50%. Pour se prémunir d’attraper ce virus il faut prendre les meilleures précautions d’hygiène. La première règle incontournables : éviter tout contact avec les fluides à risque : salive, sang, larmes, urines. Pour cela :

  • Evitez de faire des bisous sur des zones à risque chez le bébé (yeux, contour de la bouche…)
  • Ne pas goûter aux aliments que vous donnez à votre bébé après qu’ils aient été en contact avec celui-ci.
  • Bien se laver les mains avant et après avoir changé les couches de tout bébé.
  • Ne pas utiliser la serviette de toilette, gants et autres éléments qui sont utilisés pour bébé.
  • Ne pas goûter aux aliments que vous donnez à votre bébé après qu’ils aient été en contact avec celui-ci.

La varicelle : Vérifier ses vaccins et faire attention les jours qui entourent l’accouchement.

La varicelle est due au « virus varicelle-zona » (VZV) qui fait partie du groupe des Herpes-virus. Cette maladie très contagieuse se transmet par voie respiratoire lors de l'absorption des petites gouttes de salive propulsées par une personne contaminée ou par contact direct avec les plaies de celle-ci. Une personne infectée est contagieuse 2 jours avant les premiers symptômes puis pendant environ 14 à 16 suivant la contamination et tant que toutes les cloques ne sont pas encore recouvertes de croûtes.

Cette maladie évolutive traverse 3 phases :

  • Phase invasive : fièvre supérieure à 38.5°C, maux de tête et parfois douleurs abdominales.
  • Phase d'état : éruptions cutanées et lésions cutanées.
  • Phase de guérison : les lésions se transforment en croûtes.

Chez l'adulte, la phase de guérison est plus longue que chez l'enfant et d'autres symptômes peuvent apparaître au cours de la maladie (douleurs musculaires, asthénie, anorexie, déshydratation...). Les pics de contamination ont lieu au printemps et en automne avec les changements de temps.

Il est important que vous vérifiez d’être bien vaccinée contre la varicelle. Si vous ne savez pas répondre à cette question, une recherche d'anticorps sera envisagée. Si vous avez été vaccinée ou si vous l'avez déjà eu bien avant la grossesse, il n'existe aucun risque pour vous et votre bébé. La varicelle représente un danger d'atteinte à la vie de la femme enceinte et de son bébé. Heureusement les risques de transmission du virus par le placenta au fœtus restent faibles. Si vous êtes contaminée quelques jours avant votre accouchement ou si votre fœtus est contaminé quelques jours après l’accouchement, cela peut entraîner une forme plus grave de la varicelle. Parlez-en vite au personnel médical qui vous entoure.

On ne rigole pas avec la rubéole.

Contracter la rubéole au début de sa grossesse peut entrainer des malformations graves pour le fœtus. Après le 3ème trimestre le risque est de lui faire contracter une rubéole congénitale. Il faut donc bien vérifiez que vous ayez été vaccinée avant de tomber enceinte

La grippe : se prémunir de l’attraper c’est mieux.

Même si elle ne semble impliquer de malformation chez l’enfant, elle peut être plus grave en cas de surinfection bactérienne. Demandez à votre gynécologue s’il ne conviendrait pas de vous faire vacciner.

Le mégalérythème épidémique (infection à parvovirus B19) aussi appelée 5ème maladie.

Si une femme enceinte est contaminée pendant la grossesse, il convient qu’elle consulte très vite son médecin. Le fœtus peut être atteint par le virus et provoquer un avortement spontané voir dans le pire des cas une mort fœtale.

L’herpès génital, l’hépatite, le HIV

Si vous avez contracté pendant la grossesse ou aviez l’un des virus ci-dessus avant, il vous faut en parler avec votre gynécologue car dans certains cas des traitements existent pour faire baisser le risque de contamination à votre enfant.

Article revu pour la dernière fois le : 06/10/16

TEMOIGNAGES


Soyez le premier à témoigner